Souvenirs sur Mintchine

 

 Je me souviendrai toujours de cette belle fin de journée d'été ou m'apparut Mintchine pour la première fois. Nous achevions notre repas du soir sous les oliviers quand surgit dans le jardin un grand jeune homme souple et timide arlequin avec une tête d'archange. C'était Mintchine. Il m'était envoyé par Fels qui lui avait recommandé la Cadière comme pays pictural. Une sympathie immédiate naquit. Rendez-vous fut pris pour le lendemain consacré à une visite aux motifs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce vagabondage émerveilla Mintchine qui découvrait la Provence et qui fut tout de suite conquit. Nous décidâmes de travailler ensemble. Ce fut sur nature que je notais l'exaltation lyrique dont Mintchine était la proie. J'assistai à son labeur quotidien qui était considérable. Une ardeur frénétique lui faisait faire souvent trois séances par jour. On eut dit qu'il sentait la brièveté de son passage sur la terre. Progrès prodigieux dans ses toiles. Il s'assimilait merveilleusement le paysage. Je passais des après midi dans son dos les jours ou la paresse m'étreignait.

 

 

 

 

 

 

 

 

J'adorais le voir travailler car ses toiles représentaient vraiment une naissance. L'éclosion de sa sensibilité s'inscrivait romantiquement sur le tableau et c'était une joie d'assister à l'évolution du travail. De ces échanges journaliers se cimenta une amitié solide et virile. j'appris à le mieux connaître et à l'aimer profondément. Nos relations devinrent très étroites. Nous travaillâmes côte à côte pendant deux mois. Nous fîmes nos portraits réciproques. Je suis maintenant fort heureux de posséder mon  image qui accrochée dans mon atelier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

y brille comme un Van Gogh. J'attache à cette toile un prix inestimable picturalement et sentimentalement. Puis l'Automne nous chassa à Paris ou nous continuâmes à nous voir fréquemment. Ce fut pour moi une grande douleur, un déchirement profond quand j'appris sa mort dans cette provence qu'il a tant aimé. L'Archange s'est envolé vers ce ciel ou si souvent dans ses tableaux il peignait ses semblables les Anges. Je pleur un grand Peintre un homme et un Ami.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

André FAVORY - date